27/04/2018 - Commémoration de la Bataille du Mont Kemmel à Heuvelland

Le vendredi 27 avril 2018, un hommage aux victimes de la Bataille du Mont Kemmel a été rendu à Heuvelland dans le cadre d’une cérémonie commémorant le centenaire de cette bataille.

La cérémonie d’hommage aux soldats tombés lors de la Bataille du Mont Kemmel en avril 1918 s’est déroulée à l’ossuaire national du Mont Kemmel, à Heuvelland, en présence de S.E. Mme Claude-France Arnould, Ambassadeur de France en Belgique et de M. Raphaël Trannoy, Consul général de France à Bruxelles.

Un public nombreux a assisté à cette cérémonie commémorant le centenaire de la Bataille du Mont Kemmel afin de saluer la mémoire et le sacrifice des 5 294 soldats français tombés lors de la quatrième bataille d’Ypres en avril 1918. De multiples porte-drapeaux belges et français s’étaient également déplacés pour l’occasion.

Étaient également présents M. Pieyre-Alexandre Anglade, député de la 4e circonscription des Français établis hors de France ; S.E. M. Gregory Andrews, Ambassadeur de Nouvelle-Zélande et les représentants des missions diplomatiques de plusieurs pays (Allemagne, États-Unis, Royaume-Uni). Les autorités nationales et locales belges ont naturellement participé à cette cérémonie. Les maires de plusieurs communes françaises ont également assisté à cette commémoration. On relèvera enfin la présence de plusieurs associations, dont le Souvenir Français et l’Union des Sociétés militaires françaises de Belgique ; les Chefs de Corps des différentes unités belges et françaises.

PNG

Le Bourgmestre d’Heuvelland, Marc Lewyllie, a remercié l’ensemble des personnes présentes et a notamment souligné la remarquable et étroite coopération franco-belge relative à la préparation de cette commémoration. Le Lieutenant-colonel Claude Michel, délégué général du Souvenir Français pour la Belgique, a ensuite pris la parole pour rappeler la résistance des soldats français lors de la Bataille du Mont Kemmel, l’ « une des plus meurtrières de la Première Guerre mondiale ».

À la suite du Lieutenant-colonel Claude Michel, S.E. Mme Claude-France Arnould a tenu à remercier les organisateurs de la cérémonie ainsi que toutes les personnes venues honorer la mémoire des soldats français tombés lors de cette bataille décisive. S.E. Mme l’Ambassadeur a également insisté sur l’importance du devoir de mémoire et du travail effectué en faveur de la paix depuis des décennies afin d’éviter la reproduction d’un événement tel que la Première Guerre mondiale.

Deux enfants français et belge, originaires de Saint-Jans-Cappel et d’Heuvelland, ont ensuite porté les témoignages du soldat George Deconinck et du lieutenant Gugelmann. M. Jean Cordonnier, Conseiller municipal de Bailleul, a quant à lui livré un témoignage personnel en narrant l’histoire de son grand-père Julien Soen, soldat dans le 416e Régiment d’Infanterie.

Après ces prises de parole saluant la mémoire et le courage des soldats tombés lors de cette bataille, des gerbes ont été déposées afin d’honorer leur mémoire. S.E. Mme Claude-France Arnould a ensuite allumé la Flamme du Soldat inconnu, acheminée spécialement depuis l’Arc de Triomphe afin de rendre hommage aux milliers de combattants inconnus qui reposent dans cet ossuaire - seuls 57 d’entre eux ayant pu être identifiés à ce jour.

PNG

Après l’allumage de la Flamme du Soldat inconnu, l’orchestre de la marine a joué la sonnerie aux morts, avant que ne résonnent les hymnes nationaux français et belge. L’assistance a ensuite observé une minute de silence pour saluer la mémoire des soldats tombés pour la France lors de la Bataille du Mont Kemmel.

Cette dernière résultait d’une stratégie de contournement élaborée par l’armée allemande afin d’accéder au littoral, la première étape de cette manœuvre étant la prise du Mont Kemmel. Les combats, débutant dans la région d’Armentières le 9 avril 1918, se sont poursuivis jusqu’au 25 avril 1918. L’emplacement de l’ossuaire abritant les corps des défunts est matérialisé par la présence d’un obélisque au sommet duquel se tient un coq, un animal emblématique de la France.

La construction d’un monument commémoratif rendant hommage aux soldats qui se sont sacrifiés pour résister à l’offensive allemande sur le Mont Kemmel en avril 1918 a été amorcée le 4 juillet 1932, lorsque S.M. Albert Ier, Roi des Belges, et MM. Herriot et Lebrun, représentant les autorités françaises, ont posé la première pierre de ce monument.

À proximité de l’ossuaire, vers le sommet du Mont, la présence d’un « monument aux soldats français » salue également la mémoire des troupes ayant combattu en Belgique. Orné d’une statue créée par le sculpteur Adolphe Masselot, originaire du Nord de la France, cette dernière représente Victoria, la déesse romaine de la Victoire. Son regard exprimant une grande mélancolie, cette statue est ainsi surnommée « l’ange triste du Mont Kemmel ».

PNG

Dernière modification : 07/05/2018

haut de la page