Août 1914 : Les combats de Virton

Le combat de Virton (22 août 1914), fait partie de ce qu’on a appelé « la bataille des frontières » qui s’est déroulée en août 1914 le long des frontières franco-belge et franco-allemande : dans les Ardennes, en Lorraine et en Alsace. Les soldats inhumés en cette nécropole donnèrent quasiment tous leur vie pour la Patrie le 22 août 1914.

La bataille d’Ethe-Virton

PNG

Virton est plus particulièrement un épisode de la bataille de Longwy-Neufchâteau, mettant aux prises la 8ème division du 4ème C.A français (Gl Boëlle) et une partie du 2ème C.A (Gl Gérard) avec le 5ème C.A allemand (Gl Von Stranz).

Des reconnaissances avaient en effet signalé un glissement des forces allemandes devant les armées françaises. Le commandant en chef des Armées, le Général J. Joffre avait l’impression que dans les régions de l’Ardenne et du Luxembourg, le dispositif allemand présentait un point de moindre résistance. L’ordre a donc été donné à la IVe armée d’acculer à la Meuse les forces adverses qui se trouvaient dans cette région et pour cela d’attaquer en direction générale de Neufchâteau.

Les combats, dont celui de Virton, seront des "combats de rencontre". Le terrain de l’Ardenne, évité dans le passé par les généraux car trop difficile, se prête peu à des mouvements offensifs coordonnés et de grande envergure.

PNG

Dès 6h, les Allemands se sont emparés des hauteurs de Bellevue et de Robelmont, deux localités qui surplombent la région et offrent de superbes positions défensives. Les régiments français seront engagés vainement pendant toute la journée contre un adversaire retranché et disposant d’une supériorité en artillerie. L’offensive de flanc voulue par le Général J. Joffre a été entreprise trop tardivement. Le résultat ne s’est pas fait attendre : la 8e division compte 5000 morts, blessés et disparus, contre 750 pour la 18e brigade allemande. Suite à ces combats indécis, les IIIe et IVe armées françaises devront entamer un mouvement de retraite. Le combat restera indécis mais entraînera de grosses pertes humaines dans l’armée française.

PNG

La nécropole nationale d’Ethe-Laclaireau (320 soldats Français) et le cimetière militaire franco-allemand de Virton-Bellevue (2427 soldats Français) ont été construits sur les lieux de cette bataille.

PNG

Pour revenir sur l’article consacré au Centenaire

Dernière modification : 08/11/2018

haut de la page