Etudes médicales et paramédicales en Belgique

Les étudiants français peuvent être concernés par les dispositions du décret régulant le nombre d’étudiants dans les filières médicales et paramédicales.

Décret régulant le nombre d’étudiants dans certains cursus de premier cycle de l’enseignement supérieur du 16 juin 2006

Ce décret régule le nombre d’étudiants dans 5 filières de première année d’études médicales et paramédicales.

Liste des 5 filières :

  • Bachelier en kinésithérapie et réadaptation,
  • Bachelier en médecine vétérinaire
  • Bachelier en sciences psychologiques et de l’éducation, orientation logopédie (équivalent orthophonie en France)
  • Bachelier en médecine : attention examen d’entrée à partir septembre 2017 – voir plus bas
  • Bachelier en sciences dentaires : attention examen d’entrée à partir septembre 2017 – voir plus bas
Quotas appliquésCursus contingenté
30 % d’étudiants non résidents Bachelier en kinésithérapie et réadaptation
Bachelier en sciences psychologiques et de l’éducation, orientation logopédie
Bachelier en médecine
Bachelier en sciences dentaires
20 % d’étudiants non résidents Bachelier en médecine vétérinaire

La procédure d’inscription reste classique pour toutes les autres filières.

Ainsi, si l’étudiant n’est pas résident au sens du décret (voir plus bas) :

Cas 1 - pour les étudiants en kinésithérapie, logopédie et vétérinaire :

Son dossier sera tiré au sort avec les quotas ci-dessus. Inversement, un étudiant résident au sens du décret n’est pas concerné par le tirage au sort.

Cas 2 – pour les étudiants en médecine et dentaires

Ils seront classés en fonction des résultats obtenus lors de l’examen d’entrée (voir plus bas) et les attestations leur seront distribuées dans l’ordre de ce classement jusqu’à arriver au seuil de 30% du nombre total des attestations.

Inversement, un étudiant résident au sens du décret n’est pas concerné par ce classement et accédera aux études si le concours est réussi.

Par étudiant résident au sens du décret il y a lieu d’entendre l’étudiant, qui, au moment de son inscription dans un établissement supérieur, apporte la preuve qu’il a sa résidence principale en Belgique et qu’il remplit l’une des conditions suivantes :

1. Avoir sa résidence principale en Belgique depuis au moins 15 mois en y exerçant une activité professionnelle continue et supérieure à 20h par semaine
2. Avoir sa résidence principale en Belgique depuis au moins 3 ans
3. Avoir son père/mère/tuteur légal ou conjoint qui exerce une activité professionnelle depuis au moins 6 mois en Belgique dans les conditions du point 1

Pour les cas particuliers et pour en savoir plus

Inscription

La demande d’inscription dans ces filières se fait entre fin juin et fin août. Il convient de se rapprocher de l’université à laquelle l’étudiant souhaite s’inscrire pour connaître les dates exactes.

Pour les filières mentionnées ci-dessus, l’étudiant ne peut faire qu’une demande d’inscription pour une seule institution par année scolaire.

L’étudiant doit également faire une demande d’équivalence de son baccalauréat français auprès du Service d’équivalences de la Fédération Wallonie Bruxelles avant le 15 juillet : voir rubrique « Étudier en Belgique »

Concours pour intégrer les études de médecine et de dentisterie dès septembre 2017

Les modalités d’accès à ces études changent en 2017

Pour vous inscrire aux études de premier cycle en sciences médicales ou en sciences dentaires, il sera nécessaire de réussir un examen d’entrée dès l’année académique 2017-2018.

Quelles matières ?

Cet examen sera organisé sous la forme d’une épreuve écrite comportant deux parties et portera sur les matières suivantes :

> Partie 1 : Connaissance et compréhension des matières scientifiques
• Biologie
• Chimie
• Physique
• Mathématiques

> Partie 2 : Communication et analyse critique de l’information
• Évaluation des capacités de raisonnement, d’analyse, d’intégration, de synthèse, d’argumentation, de critique et de conceptualisation
• Évaluation de la capacité à communiquer et à percevoir les situations de conflit ou potentiellement conflictuelles
• Évaluation de la capacité de percevoir la dimension éthique des décisions à prendre et de leurs conséquences pour les individus et la société
• Évaluation de la capacité à faire preuve d’empathie, de compassion, d’équité et de respect

Le programme détaillé de l’examen fera prochainement l’objet d’un arrêté de Gouvernement de la Communauté française.

Pour réussir l’examen d’entrée et recevoir l’attestation, il faudra obtenir 10/20 de moyenne pour les parties 1 et 2 et un minimum de 8/20 dans chacune des matières. L’attestation de réussite sera délivrée au maximum dans les 10 jours suivant la date de l’examen. Il n’y aura pas de quota fixé sauf pour les étudiants non-résidents dont le nombre ne pourra pas dépasser 30% du nombre total de réussite (voir « Cas 2 » ci-dessus).

En cas d’échec à l’examen d’entrée, l’étudiant ne pourra repasser l’examen qu’au cours d’une seule année académique dans les 5 ans. S’il obtient une attestation, cette attestation permettra son inscription au 1er bloc des études en sciences médicales ou dentaires uniquement l’année de l’examen (sauf cas de force majeure).

Quand ? Où ? Comment ?
L’examen d’entrée sera organisé de manière centralisée par l’ARES le vendredi 8 septembre 2017 (matin et après-midi).
Les précisions concernant l’inscription et les modalités de cette épreuve seront communiquées dès que possible sur cette page.

Attention

Études en psychomotricité

Actuellement, la profession n’étant pas réglementée en Belgique alors qu’elle l’est en France, le dossier de demande d’autorisation d’exercice est “gelé” dans les Délégations Régionales de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale (DRJSCS) en France.

En effet, les psychomotriciens diplômés en Belgique n’ont actuellement pas la possibilité d’exercer, même en Belgique.

Pour cette raison, par voie de conséquence, il ne vous est pas possible non plus de déposer une demande d’autorisation d’exercice en France.

L’état actuel de la situation des étudiants en psychomotricité en Belgique nous amène à déconseiller de suivre ces études tant que la situation n’aura pas été résolue.

Dernière modification : 13/04/2017

haut de la page